CROTTE DE CHIEN réécrit

Publié le par restalheuredete

CE QUE JE  FERAI.CROTTE

 

Il est très désagréable, quand on se promène en ville, de mettre le pied sur une crotte de chien. Ce n’est encore pas le pire de tout. Ce qui est franchement détestable, c’est de devoir slalomer entre toutes ces crottes alors qu’on est en groupe. On doit en permanence regarder où on met les pieds, sans pouvoir regarder la personne qui vous accompagne et discuter normalement avec elle.

Figurez-vous que ce matin, en ramassant la crotte de mon chien je me suis rendu compte que je ramassais la merde de mon chien. C’est dingue ce degré d’avilissement ; s’abaisser à ramasser de la merde, et qui pue en plus vu que mon chien mange des croquettes dont la composition est sujette à interrogation.

J’aurais un cheval, son crottin (c’est drôle comme expression d’ailleurs car crottin ça fait petite crotte, alors que les sacs que j’utilise pour mon chien sont bien trop petit pour un crottin de cheval) je le ramasserais pour l’utiliser comme engrais ; bien d’autres l’ont fait avant moi, sans s’interroger sur le niveau d’avilissement lié à leur geste. Du crottin donc, oui, mais de la merde ? De la merde !

 

Et la bouse ? La fiente ? … (Allez-y, défoulez vous)

 

Donc, je ramasse la crotte de mon chien, en pensant à tout ceux qui pourraient mettre le pied dessus, dont ma femme à laquelle je tiens. Je n’ose imaginer la scène familiale si ma femme glissait sur la crotte de mon chien, qui, faut-il le préciser, est autant que moi propriétaire de ce chien.

 

Donc, je ramasse la crotte de mon chien. Description de l’opération : après avoir mis ma main dans le sac, serré délicatement cette chose bien chaude en craignant bêtement en permanence que mes doigts passent à travers le sac et ne la touchent, retourné le sac, je cherche la poubelle la plus proche en retenant ma respiration. Des fois mon chien chie (rigolo à prononcer ça) tout à côté d’une corbeille, je trouve alors qu’il comprend mon malaise ; il est intelligent mon chienchien.

 

Oui mais voilà, mon geste citoyen et courageux, surtout courageux d’ailleurs, je le fais avec un sac en plastique. Et quand il n’y aura plus de pétrole, il n’y aura plus de plastique ; les crottes des chiens devront-elles alors rester sur le trottoir ? Non bien sûr ; autant donc s’habituer tout de suite à un autre mode de ramassage écologique, naturel, non avilissant pour les propriétaires de chiens :

 

Plutôt que des sacs en plastique, pourquoi ne pas distribuer

 

 des scarabées géteope dits aussi bousiers.

 

 

Et voilà

 

A bientôt

 

RESTALHEUREDETE 

 

Publié dans CE QUE JE FERAI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article