DÉMOCRATIE LOCALE

Publié le par restalheuredete

2 décisions récentes de la justice donnent raison aux 2 préfets qui l'ont saisie concernant la volonté d'élus d'organiser un référendum d'initiative locale. La justice a déclaré ces référendum illégaux.

La justice a joué son rôle en répondant aux questions des préfets et c'est très bien.

Mais pourquoi les préfets ont-ils saisi la justice?

Les 2 référenda portaient sur des décisions de l'état contestées au plan local!

Les préfets ont-ils bien fait de saisir la justice?

Assurément non car du coup les élus locaux vont passer outre. Les uns organisent un référendum porté par 2 associations créées spécifiquement pour l'occasion (dont les compétences sont contestées par le préfet). Les autres transforment le référendum en votation citoyenne.

Et voilà qu'une affaire qui aurait pu rester très locale et peut-être peu suivie localement va avoir un écho national et un taux de participation bien plus élevé. L'état aura perdu une bonne occasion de se taire.

Ce que je retiens de ces 2 affaires, c'est que la démocratie locale ne peut exister que si elle ne remet pas en cause des décisions prises par l'état et un tant soit peu imposées localement.

L'intérêt national doit s'imposer localement avec les deux réserves suivantes:

  1. que le local puisse s'exprimer sur la décision imposée par tous moyens hormis la violence
  2. que l'intérêt national ne soit pas contraire à l'intérêt local

 

Les affaires que j'évoque sont la Route Centre Europe Atlantique (RCEA) et un regroupement des communes dans la vallée de Roya.

 

LA LIBERTÉE D'EXPRESSION, SOCLE DE LA DÉMOCRATIE

      BOEUF-ET-GRENOUILLE.png

Et voilà.

 

A bientôt

 

RESTALHEUREDETE

Publié dans SOUTIEN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article