TELEPHONE MOBILE; UNE DROGUE?

Publié le par restalheuredete

Les téléphones mobiles sont-ils devenus indispensables au point que les utilisateurs ne sachent plus s'en passer. Il est légitime de se poser des questions quand on voit comment chacun d'entre eux passe leur temps à le couver des yeux, le caresser et l'observer, vérifier s'il est bien allumé, l'interroger du regard et le nettoyer pour qu'il soit bien propre.


mobile.jpgIl est vrai que cet appareil permet aujourd'hui de faire une multitude de choses vu le grand nombre d'outils qu'il renferme. À part le téléphone, qui devrait être l'objet essentiel, on peut utiliser le mobile comme un réveil, appareil photo, agenda, pour interroger Internet, pour jouer à des jeux, pour s'envoyer des messages, et sans doute prochainement pour payer, comme si cet outil était une carte bancaire.


En fait la partie téléphone ne représente plus aujourd'hui, il me semble, qu'une faible part de l'usage de cet outil; le reste étant consacré aux autres activités qu'il permet de faire.


Certes professionnellement, pouvoir être joint ou joindre quelqu'un dés qu'on en a besoin est utile mais cela a comme inconvénient que des métiers ont disparu. Par exemple dans le bâtiment où les travaux publics, les chefs de chantier ont disparu au profit de chefs d'équipe qui ne prennent quasiment plus de décisions sans en référer directement à leurs responsables par téléphone. La responsabilité directe de chantier a donc migré du chef d'équipe vers le conducteur de travaux ; c'est regrettable.

De la même manière aujourd'hui lorsqu'une personne a un doute sur ce qu'il y a lieu de faire, plutôt que de prendre la décision, ils préfèrent s'en référer à leur supérieur hiérarchique, lui faisant ainsi porter la responsabilité des décisions à prendre. Je ne suis pas sûr qu'il s'agisse là d'un progrès.


À titre privé, cet outil est très onéreux et d'une utilité qui reste à mes yeux à prouver ; que constate-t-on: qu'il est utilisé par des personnes alors qu'elles font leurs courses pour vérifier si elles n'ont rien oublié, passer un coup de fil pour savoir où est l'autre alors qu'il est juste derrière, appeer pour passer le temps. Tout cela est-il bien nécessaire ? Non, dans la très large majorité des cas, l'appel pourrait être retardé à un autre moment ; oui mais voilà, il faut faire marcher sa mémoire et c'est fatigant.


Tout cela est sans compter les effets sur la santé dont aujourd'hui on est en droit de s'interroger, car je ne doute pas que les fabricants de téléphones et les opérateurs font tout pour que les études menées quant à la nocivité ou non nocivité des ondes leur soit favorable.


Le téléphone mobile une drogue disais-je ? Comparons l'usage du téléphone mobile avec la cigarette. Un fumeur dès qu'il se lève allume sa clope ; en attendant d'en allumer une autre, il passe son temps à la tripoter, à ouvrir et fermer son paquet de cigarettes. Un usager du téléphone mobile dès qu'il se lève vérifie si son téléphone et bien allumé, si toutefois il ne l'a pas utilisé comme réveil, et le restant de la journée passe son temps à le sortir et le rentrer dans la poche, à le toucher, le caresser comme je le disais au début.


Chacun sait que la cigarette est une drogue ; pourquoi ne dirions-nous pas que le téléphone mobile est une drogue ? Les similitudes, en tout cas dans le comportement, sont très proches.


Les opérateurs en sachant rendre cet objet très ludique sont parvenus à en généraliser l'usage et se font des fortunes.


Soyons plus fort qu'eux ; désaccoutumons nous; passons nous en.


Consacrez votre temps à votre entourage et non à votre mobile ; voilà votre défi.


Et voilà


A bientôt

RESTALHEUREDETE

Publié dans CE QUE JE FERAI

Commenter cet article

julie 30/12/2009 20:02


Il me semble aussi que ces remarques sont valables pour ce qui est d'internet, outil formidable, qui peut aussi devenir chronophage, on vérifie ses méls comme ses appels. POur moi, il s'agit de
trouver un juste milieu, utiliser un outil pour ce qu'il est, quelque chose de pratique sans être perturbé de ne l'avoir pas.
Ce qui me dérange le plus avec les portables, en fait, pour moi qui n'en ai repris un que depuis quelques mois, c'est que les gens nous regardent comme des attardés ou des anti technologie si on
dit qu'on n'en possède pas (ma banquière, par exemple, en quoi a t-elle besoin de m'appeler en urgence ?!) et qu'ils s'agacent quand on ne répond pas, on a l'impression de devoir toujours être
joignable dans les cinq minutes.
Ca y est, j'ai réussi à faire fonctionner mon abonnement au blog!
Julie


restalheuredete 30/12/2009 20:39


On ne doit pas comparer internet et le mobile car l'un s'utilise quand le besoin se fait sentir alors que l'autre, le mobile bien sûr, ne se fait pas oublier s'il est en fonction.

Internet est utile et est moins chronophage (moi auusi je l'ai utilisé) que les autres moyens de renseignements qu'il remplace, alors qu'à contrario le mobile mobilise davantage du temps de son
utilisateur.

super d'échanger

et voilà

à bientôt

RESTALHEUREDETE


Dominique 28/12/2009 00:03


Moi je ne m'en passerai pas et continuerai à l'utiliser comme l'outil qu'il est, comme le tel fixe ou la voiture, ou internet. Là ou tu as raison, c'est dans la conséquence la plus néfaste :
l'addiction. De tout temps, les hommes ont eu le choix d'entendre ou non les sirènes du progrès. Il y a ceux qui sont à chaque bout de la chaîne et qui tirent dessus, et les autres, d'un bout à
l'autre, qui se coincent les doigts dans les maillons ...


restalheuredete 28/12/2009 11:29



Ton commentaire est très intéressant car en relisant mon article, il pourrait laisser penser que je suis fondamentalement contre le téléphone mobile.

Tel n'est pas le cas, ou plutôt je n'ai que trop utilisé cet accessoire professionnellement par le passé et à partir du moment où je n'ai plus eu l'obligation d'en posséder un, j'ai décidé de ne
plus en avoir.

Ce que j'ai tendance à combattre aujourd'hui c'est l'usage qu'en font certaines personnes, voire la plupart, c'est-à-dire qu'il est utilisé sans respecter son entourage ; que penser d'une
personne qui téléphone alors qu'elle l'est à table avec des amis et que ces derniers soient obligés d'attendre qu'il est fini de parler dans son téléphone pour poursuivre les conversations qu'ils
avaient entamées.

Utiliser son téléphone mobile de manière accessoire compte tenu du coût en communication que cela représente, est une dépense exagérée.

Dans l'avenir compte tenu du progrès réel que représente  cet outil et de la multiplicité extraordinaire d'accessoires qu'il renferme, je pense que je finirai par le réutiliser, une fois mon
sevrage terminé.


Et voilà 
A bientôt.