SEAFRANCE EN ATTENTE DU 3/1/12

Publié le par restalheuredété

La tribunal a repoussé au 3 janvier sa décision concernant l'avenir de SEAFRANCE.

2 offres restent en lice, celle de DFDS de Louis Dreyfus Armateur consevant 600 (520 ETP) des 880 emplois et celle de la SCOP présentée par la CFDT. La première est financée alors que l'autre ne l'est que partiellement, manque 50 millions d'€.

Est reproché à la CFDT locale de s'accrocher à son projet, aussi bien par la CGT que par la CFDT régionale.

Avec le projet DFDS il y a 280 licenciements.

Avec le projet SCOP, aucun licenciement.

Calcul sur trois ans avec comme base un salaire moyen annuel de 23000€, une durée de chômage pour les 280 licenciés de 18 mois avant un retour à l'emploi au même salaire que précédemment: le projet DFDS coûtera 5.5 M€ d'indemnité de chômage et une diminution de consommation des ménages par rapport au projet SCOP de 4.9 M€.

 

Au vu de ces chiffres, je comprendrais que la SCOP puisse demander à l'état d'investir dans leur projet à hauteur de 5.5 M€, mais certainement pas au niveau des 50 M attendus.

 

Je continue à soutenir le projet de SCOP des salariés de SEAFRANCE, à condition qu'ils ne comptent pas exclusivement sur la société providence pour financer leur projet. Il leur faut trouver des partenaires autres que l'état.

Une souscription est ouverte et j'aimerai faire une promesse de don de 100 €. Je ne parviens toutefois pas pour le moment à trouver le site permettant celà.

  https://www1.pole-emploi.fr/simulation/resultatdroits m'a permis de calculer les chiffres donnés

 

MARINS DE SEAFRANCE, POUR QUE LA SCOP ABOUTISSE CHACUN DOIT MONTRER SA DÉTERMINATION EN RECHERCHANT LES 50 MILLIONS D'€ MANQUANTS.

 

Et voilà.

 

À bientôt.

 

RESTALHEUREDETE.

 

Voir aussi:  SEAFRANCESEAFRANCE SUITEDROIT DE GREVE ET LIBERTE DES CITOYENSSYNDICALISME ET EXTRÉMISME DE DROITEGOODYEARTRAVAILLER LE DIMANCHE

Publié dans SOUTIEN

Commenter cet article