LA DETTE

Publié le par restalheuredete

Y'EN A MARRE

 

Et voilà les chiffres sont tombés, la dette publique française est énorme. Elle atteint 75 % du produit intérieur brut. Je dis ça sur un ton de lassitude...


Je n'imagine même pas comment ma banque me traiterait si mon déficit bancaire atteignait 75 % de mes revenus annuels. Il y a longtemps qu'elle m'aurait claqué la porte au nez. Et pourtant quand elle était en difficulté ma banque je l'ai soutenue, contraint et forcé puisque ce n'est pas moi qui l'ai décidé mais l'État.
Et comme l'État est bon gestionnaire il a le droit de décider à ma place, et à la vôtre aussi d'ailleurs.
 

Il est tellement bon gestionnaire qu'il a décidé l'État de gérer les finances des collectivités locales à leur place ; enfin presque. Les dernières décisions prises en la matière reviennent à mettre les régions, les départements, les villes sous tutelle.


Or, alors que la contribution de l'État à la dette publique progresse au cours du dernier trimestre d'un peu plus de 23 milliards d'euros, celle des collectivités se contente de 0,5 milliards d'euros, pour le troisième trimestre consécutif.

On voit bien à travers ces chiffres que les collectivités sont des mauvaises gestionnaires et que l'État lui, non pas l'État, le gouvernement sait parfaitement gérer.


Il donne des leçons aux collectivités ; il leur dit qu'elles emploient trop de monde, qu'il faut à l'instar de l'État diminuer le nombre de leurs employés. Facile de dire que le nombre des employés des collectivités augmente de trop ; facile de dire qu'il leur faut réduire le nombre de leurs employés ; surtout lorsque le gouvernement passe son temps à confier aux collectivités des services qu'il exerçait par le passé.

La méthode est connue : le service que je rend coûte trop cher donc je vous le confie sans vous donner les subsides correspondants et je vous demande de l'exercer en limitant les recrutements.


Mais Mesdames et Messieurs du gouvernement, foutez leur la paix aux collectivités ; vous voyez bien qu'elles savent gérer contrairement à vous ; ce n'est pas moi qui le dis c'est l'INSEE.


Je suis vraiment en colère car j'ai le sentiment que le gouvernement nous dit : « faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais ».


Et pour être sûr que les collectivités se serrent le kiki, l'État s'empresse de supprimer l'une de leurs principales ressources c'est-à-dire la taxe professionnelle. Elle supprime la taxe professionnelle, impôt reconnu injuste par toutes les entreprises, mais ne donne pas en compensation des volumes financiers équivalents, et le peu qu'elle donne elle le fait sous tutelle.


Je sais que cet article fera réagir, ne serait-ce que parce que je ne connais pas tous les tenants et les aboutissants de la comptabilité publique et parce que je commets des erreurs d'énoncé dans mon propos mais je suis sûr que mes impôts ne sont pas bien utilisés par la majorité politique en place.


PAYER IMPÔTS ET TAXES LOCALEMENT OUI, POUR MIEUX MESURER LEUR EMPLOI


Et voilà



A bientôt



RESTALHEUREDETE.

Publié dans Y'EN A MARRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article