HOLLANDE, LE PROGRAMME DU BOURGET; VOLET SOCIAL

Publié le par restalheuredété

SOCIAL :

  • Logement :

    • priorité à la construction de logements. Oui, mais il faut d'abord s'attaquer à deux autres chantiers:
      • Premièrement la réhabilitation de l'existant en rendant chaque logement étanche accoustiquement et en isolant thermiquement l'immeuble. Ce dernier point permettrait, par diminution des consommations, de ne plus avoir à donner aux familles bénéficiants d'aide sociale l'accès au tarif préférentiel énergétique. 
      • Deuxièmement cette réhabilitation devra s'accompagner d'une amélioration de l'environnement des immeubles. Il faut aérer les quartiers dans lesquels ont poussé des ensembles trop grands favorisant l'apparition de la délinquance et l'anonymat. Les logements sociaux devraient être soit sous la forme d'un immeuble de 3 ou 4 niveaux, contenant peu de logements (15 à 20), soit constitués d'une unique tour de grande hauteur, type bureaux. 
      • Ces deux types de bâtiments devront être noyés au milieu d'habitations classiques et de préférence proches du centre.
      • Ensuite ou en même temps, il faut construire mais dans les mêmes conditions qu'indiquées au-dessus.

    • mise à disposition par l'Etat de"tous ses terrains disponibles"pour que les collectivités locales y construisent du logement social. Quelles sont les conditions de financement de ces logements? Les bailleurs sociaux n'ont pas de ressources permettant de construire. Les collectivités locales doivent-elles s'endetter davantage? C'est la société qui génère la pauvreté. C'est à la société de payer sa résorbtion.

    • doublement du plafonnement du livret A (actuellement de 15 300 euros), épargne qui finance le logement social. Ok, voilà du financement. 

    • "encadrement des loyers"dans les zones"où les prix sont excessifs". Si les loyers sont encadrés, ils ne seront plus libres. Que fait-on alors de la loi de l'offre et de la demande? Non il vaut mieux construire du neuf et rénover l'existant. Nombreux sont les logements sociaux non occupés car dans ne correspondant pas au souhait des locataires. Il faut une meilleure accoustique et isolation thermique. Les collectivités situées loin des zones d'activité génératrice d'emploi ont du mal à remplir les logements sociaux. Une des raisons est liée au coût du déplacement. Il faut donc augmenter les moyens de transport collectif.

    • multiplication par cinq les sanctions financières infligées aux communes qui ne respectent pas la loi solidarité renouvellement urbain (SRU). Attention alors à ce que les financements pour la construction de logements neufs soient là pour les aider à atteindre l'objectif fixé.

  • Sécurité :

    • "aider plus les territoires qui en ont besoin". Pas d'accord; il faut supprimer l'origine de l'insécurité. Elle naît dans les quartiers à forte densité de population. Il faut donc aérer. Les aides doivent être des aides à la construction et la rénovation dans les conditions évoquées plus haut.

    • mise en place de"zones de sécurité prioritaires" là où la délinquance est la plus élevée. Il faut supprimer l'origine de la délinquance.

    • "1 000 postes supplémentaires"par an dans la police, la justice, la gendarmerie. Non il vaut mieux investir ces sommes en construction et rénovation.

    • concernant "la délinquance financière, la fraude fiscale"et les"petits caïds", il promet:"La République vous rattrapera". Voilà de l'argent pour financer des programmes. Pour obtenir cet argent il va falloir embaucher dans les secteurs concernés.

  • Santé :

    • encadrement du dépassement d'honoraires. Tout un chacun préfère travailler raisonnablement et bien gagner sa vie que travailler beaucoup pour peu de revenu. Aussi pour les profession libérale il vaut mieux taxer fortement les revenus sur la base d'un calcul appuyé sur un ratio du type chiffre d'affaire sur nombre et temps passé par clients. Plus ce ratio est élevé, plus les tarifs pratiqués sont chers et plus il faut taxer.

    • "combattre les déserts médicaux". Oui, cela passe par le numérus clausus, avec des effets très lointain, et des aides à l'installation dans ces zones. Il ne faut pas oublier que les médécins ne travaillent pas seuls; il leur faut un hôpital à proximité immédiate qui puisse prendre en charge efficacement un malade. Si cette condition n'est pas remplie, toutes les aides du monde n'inciteront pas les médécins à s'installer dans la zone dépourvue d'hôpital. Il y va de la sécurité médicale.

    • instaurer une nouvelle tarification qui "conforte l'hôpital public". Faire en sorte que les médecins reviennent vers les hôpitaux publics plutôt que de se laisser séduire par les sirènes du privé. C'est une question de rémunération, d'intéressement et de qualité des équipements mis à disposition du praticient. Pour autant le ratio évoqué supra devra être respecté.
       
    • "personne ne sera à plus de 30 minutes d'un lieu de traitement des urgences médicales" à la fin de son mandat. Bien, mais alors il va falloir réinvestir tous les hôpitaux en cours de fermeture, les rééquiper de façon performante et trouver les praticients pour les faire tourner. En cinq ans, c'est impossible. Promesse intenable tant sur le plan budgétaire qu'humain dans le délai évoqué. Il eu mieux valu que soit promis d'inverser la tendance actuelle.

  • Culture :

    • "priorité" à l'éducation artistique généralisée ou"aménagement culturel" du territoire. Bonne idée car pour favoriser le retour de la population vers les collectivités éloignées des zones de travail il faut des logements mais aussi des infrastructures sportives et culturelles. S'installer dans un désert de loisir n'est pas atrayant.

    • "nouvelle étape de décentralisation" pour la culture. OUI.

    • "remplacer" la loi Hadopi par "une grande loi signant l'acte II de l'exception culturelle française" et qui "défendra les créateurs et l'accès aux oeuvres par Internet". Attention à ne pas supprimer la protection de la notion de propriété intellectuelle d'une oeuvre. Il faut protéger les artistes. Pour autant, je ne crois pas qu'il faille aider finacièrement les artistes à créer, produire et jouer. Une oeuvre pour attirer du monde doit être raisonnable dans son prix d'accès. Le grandiloquant coûte cher à créer, fabriquer, transporter, monter...

 

Et voilà.

 

À bientôt.

 

RESTALHEUREDETE.

 

Voir aussi: HOLLANDE, LE PROGRAMME DU BOURGET; VOLET EDUCATION ET JEUNESSEHOLLANDE, LE PROGRAMME DU BOURGET; VOLET INTERNATIONAL ET EUROPEHOLLANDE, LE PROGRAMME DU BOURGET; VOLET FINANCE PUBLIQUEHOLLANDE, LE PROGRAMME DU BOURGET; VOLET ÉCONOMIE

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article