GENOCIDE

Publié le par restalheuredété

Le parlement français a transposé dans le droit français une directive européenne punissant "l'apologie, la négation, la banalisation grossière publiques des crimes de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre qui auront fait l’objet d’une reconnaissance par la loi, une convention internationale signée et ratifiée par la France ou à laquelle celle-ci aura adhéré, par une décision prise par une institution communautaire ou internationale, ou qualifiés comme tels par une juridiction française, rendue exécutoire en France".

Cette adoption de loi fait suite à la reconnaissance par la France du caractère de génocide du massacre mené par les turcs contre les arméniens. Cette reconnaissance ne permettant de sanctionner ceux qui en parlent comme étant un fait contestable, cette deuxième loi vient combler ce manque.

Alain Juppé a fait entendre sa voix en indiquant que cette nouvelle loi avait pour but de viser tous les crimes contre les peuples et pas seulement celui arménien.

C'est vrai quand on lit le texte de loi mais il oublie volontairement de faire mention de toute la partie qui précède ce texte. C'est dans cette partie, qui explique les raisons qui amènent à voter la loi, qu'est fait mention à plusieurs reprises du génocide arménien. Il est donc implicitement visé. Pan sur les doigts à Juppé même s'il était circonspect sur l'opportunité de ce vote.

De plus une proposition de loi de même portée avait été adoptée en 2006 par le parlement puis bloquée par le sénat pour d'obscures raisons. Le gouvernement ne s'en était pas ému. Le risque de basculement du sénat à gauche associé au besoin de trouver des voix parmi un électorat sensibilisé par ce thème a fait ressortir ce texte par le président de l'assemblée qui l'a fait rejeter, en mai 2011. C'était tout en son honneur. Mais c'était sans compter avec la pugnacité et le besoin encore plus vif de "drague" d'électeurs, que la majorité actuelle a refondu son texte pour le faire adopter une deuxième fois par les députés.

C'est courageux de la part des députés, non seulement courageux mais aussi juste. En effet reconnaître un génocide sans pouvoir réprimer le parole de ceux qui souhaitent contester une vérité historique, c'était insuffisant.

La qualité du nouveau texte adopté est qu'il permetra, à l'avenir, de traiter de la même manière un négationniste de l'holocauste juif comme celui de tout autre crime contre un peuple reconnu comme tel par la loi française.

Les Turcs trouvent cette loi comme une immixtion dans leurs affaires intérieures.

C'est donc qu'ils se sentent coupable!

Se faire taper sur les doigts, c'est toujours douloureux.

Je regrette la période choisie pour faire adopter ce texte dont la portée électorale est manifeste.

 

POLITIQUES, DISSOCIEZ COURAGE POLITIQUE DE VOLONTÉ ÉLECTORALISTE.

 

Et voilà.

 

À bientôt.

 

RESTALHRUEDETE

 

Voir aussi:  EXERCICE DU POUVOIRLA RÈGLE D'ORCumul de mandats, cumul des salaires

 

 

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article