ABBÉ PIERRE, CANTONNA, LOGEMENTS SOCIAUX

Publié le par restalheuredété

Voici l'appel de Cantonna en soutien de l'action de la fondation Abbé Pierre.

 

Mes commentaires sont en arial black

 

 EXIGEONS DES CANDIDATS QU'ILS S'ENGAGENT À :


Chiffre 1 Produire suffisamment de logements accessibles

  • Programmer 500 000 logements par an, pendant 5 ans, dont 150 000 logements vraiment sociaux. à définir ce qu'est un logement vraiment social, social ne devant pas rimer avec ghetto, ne devant pas, faute d'entretien, dériver vers le ghetto. 500 000 logements par an, sans doute est-ce nécessaire mais je trouve que c'est énorme; comment financer? Au moins, voilà des emplois!
  • Imposer des contreparties sociales aux aides publiques. La vie d'un logement étant voisine de 40 ans, les contreparties doivent être jugées sur cette durée.
  • Lutter contre la vacance injustifiée des logements. Il existe un moyen dont l'usage doit être rendu obligatoire: il est possible, au delà de 5 années sans occupation du logement, de faire payer au propriétaire la taxe d'habitation comme si le logement était occupé. À imposer à toutes les municipalités en réduisant la durée à 2 ans par exemple. Ce délai pourrait être allongé en cas de travaux de réhabilitation.
  • Libérer des terrains à bâtir à un prix raisonnable. Cela n'est valable que dans les grandes agglomérations.

Chiffre 2  Réguler les marchés et maîtriser le coût du logement

  • Encadrer les loyers. Non, encadrer ne sert à rien; il faut multiplier le nombre de logements sur le marché pour faire baisser les prix.
  • Réguler les prix de l’immobilier. Ils obéissent au marché; il faut donc agir sur le marché en construisant suffisamment pour empêcher l'envolée des prix.
  • Revaloriser les aides personnelles au logement. Trop d'aides ne permettent pas de bien les distribuer. Je pense qu'il vaut mieux refondre toutes les aides pour les rationnaliser.
  • Lutter contre la précarité énergétique. Cela existe déjà par prise en charge du paiement de l'énergie par un organisme social en cas de difficulté. Je trouve non constitutionnel et inégalitaire que certain puissent bénéficier de tarifs avantageux.

Chiffre 3  Moins d’injustice et plus de solidarité

  • Intervenir massivement contre l’habitat indigne. Oui. Toutefois il ne faut pas oublier que nombre des locataires de logements indignes sont des personnes dans des situations précaires et n'osent pas se mettre en lumière de peur de perdre le peu qu'ils ont. Les sans-papiers en font partie. Donc pour faciliter la lutte contre cet habitat, il faut mettre en place un système qui protège les locataires en facilitant leur relogement.
  • Enrayer les impayés de loyer et prévenir les expulsions locatives. Le système en vigueur est injuste car même si le locataire ne paye pas il ne peut être expulsé. Pour autant le propriétaire, qui a besoin de ce loyer, ne peut rien pour récupérer ce qu'il n'a pas touché. Un locataire qui ne paye pas son loyer doit pouvoir être expulsé immédiatement puis pris en charge par les réseaux sociaux pour l'aider à se reloger. Les droits du propriétaire doivent être égaux à ceux du locataire.
  • Donner une priorité absolue à l’accès au logement des personnes en difficulté. Oui.
  • Offrir des solutions dignes d’hébergement et d’accompagnement aux personnes les plus défavorisées. Oui.

Chiffre 4  Construire une ville équitable et durable : un impératif pour vivre ensemble

  • Renforcer les obligations de la “loi SRU” en imposant 25 % de logements sociaux. Oui dans les grandes agglomérations. À accompagner d'un système de transport collectif efficace pour qu'il soit utilisé préférentiellement. Le carburant des transports collectifs devrait être exonéré de TIPP, dont je rappelle qu'elle représente 70% du prix du carburant. Avec un carburant pas cher, le prix d'une place en transport en commun deviendra attractif.
  • Instaurer des “secteurs de mixité urbaine et sociale”. Ce devrait être la règle.
  • Sécuriser l’accession à la propriété et recentrer les aides sur les classes modestes et moyennes. Oui.
  • Corriger les inégalités entre territoires et mener une politique de la ville ambitieuse. À définir.

Cette mobilisation doit permettre d’établir un “Contrat social pour le logement” sur lequel devront s’engager les candidats à l’élection présidentielle. La Fondation Abbé Pierre en suivra la mise en œuvre.

 

MONTER UNE COMMISSION SUPRA-GOUVERNEMENTALE DE REFONTE DES AIDES SOCIALES AVEC UN RENDU DE TRAVAIL EN FIN DE QUINQUENNAT.

LES AIDES RECLASSÉES EN BLOCS SERONT SOUMISES À RÉFÉRENDUM. EN CAS DE REFUS, LES ASSEMBLÉES S'EN SAISIRONT.

 

Et voilà.

 

À bientôt.

 

RESTALHEUREDETE.

 

Voir aussi:  DROIT DE VOTE DES IMMIGRÉS30% de surface constructible en plusHOLLANDE, LE PROGRAMME DU BOURGET; VOLET SOCIALIDÉES DE RÉFORME DE LA JUSTICELA RÈGLE D'OR

Publié dans SOUTIEN

Commenter cet article