ALGUES VERTES ? OUI ! ECOLOGIQUES ?

Publié le par restalheuredete

 

 

Figurez-vous qu’à ce jour encore je vis en Bretagne et que je me sens concerné par tout ce qui touche à cette région que j’ai adoptée il y a quelques années.

 

C’est un pays de combat et j’aime les combats lorsqu’ils se limitent à des causes que je considère comme juste et que les échanges soient respectueux.

 

Parmi les sujets d’actualité en cours il y a la pollution liée à la prolifération des algues vertes sur certaines plages bretonnes, en particulier celles à proximité immédiate de l’embouchure d’un cours d’eau. Rien que cet élément montre le lien qui existe entre la pollution de la rivière et le prolifération constatée.

 

A n’en pas douter l’origine, tous les scientifiques sont d’accord sur ce point, les nitrates utilisés pour l’élevage et pour l’agriculture sont en cause.

 

Cette histoire de nitrate est un vrai cercle vicieux car si aujourd’hui il y en a autant c’est que l’agriculture et l’élevage intensifs ont été encouragés par l’état par un apport d’aide important. Soit, à l’époque, il s’agissait pour l’état de soutenir l’activité bretonne, région qui a la particularité d’être hors des routes de transit, qui nécessite un détour pour y aller. Cette particularité favorise la consommation en autarcie mais ne permet le développement de l’activité au national. Mais cette aide, qui a porté ses fruits puisque l’activité bretonne est florissante, a eu pour effet pervers un accroissement de la pollution par les nitrates (qui sont un engrais efficace pour les algues vertes).

 

Les bretons ont donc tord de lever les bras au ciel en désignant l’état comme seul responsable et en oubliant que se sont eux qui ont utilisé les nitrates.

 

Mais les fautes de l’état sont plus importantes encore pour deux raisons essentielles :

ü      Gouverner, c’est prévoir et l’état aurait dû prévoir et les politiques au pouvoir entendre leurs conseillers quand ces derniers les ont nécessairement avertis des risques liés à l’usage envisagé des engrais.

ü      Gouverner, c’est écouter et cela fait des années que j’entends des associations alerter l’état en montrant du doigt les conséquences du type d’agriculture et d’élevage soutenus.

 

Seulement, comme dans bien des cas il faut un décès pour que le problème soit entendu et pris en compte.

 

POLITIQUES, OUBLIEZ LE POUVOIR, REVENEZ SUR TERRE TOUCHER DES PIEDS NOS REALITES ET ECOUTER LE TERRAIN

 

Et voilà

 

A bientôt

 

RESTALHEUREDETE

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article