30% de surface constructible en plus

Publié le par restalheuredété

Voilà une idée du gouvernement et du président Nicolas Sarkozy pour répondre à la crise du logement et permettre la construction de logement neuf.

 

L'idée est de pouvoir surélever ou agrandir les bâtiment existants. C'est un bon moyen d'accroître la densité urbaine sans que les collectiviés n'est à construire des équipements publics complémentaires (sauf des espaces de stationnement comme vous le verrez plus bas). En effet chaque fois qu'un pavillon sort de terre, la collectivité doit réaliser au frais de tous, la voirie, l'assainissement, l'éclairage public... correspondants. En ne faisant qu'augmenter les surfaces constructibles, pas besoin d'équipements supplémentaires.

 

Si c'était si simple, ce serait trop beau. Mais voilà, de nombreux problèmes vont se poser:

  1. La décision de donner les 30% de constructibilité revient au conseil municipal de chaque commune concernée. Or la surface constructible par parcelle est déterminée dans un document appelé POS ou PLU, approuvé par le conseil municipal après enquête publique. Donc avant de voter toute modification des règles d'urbanisme sur un territoire, la population doit être interrogée. Je comprend dans la proposition faite par le gouvernement que la loi permettra de passer outre l'avis du peuple. Belle proposition démocratique! De toute façon, si les collectivités ont, de prime abord, limité la surface constructible par parcelle, par acte volontaire, je ne vois pas pourquoi elle déciderait subitement de l'augmenter simplement parceque l'état le lui suggère.
  2. Augmenter de 30% la hauteur d'un bâtiment ne se décrète pas. Encore faut-il que la partie du bâtiment existant soit capable de supporter le poids supplémentaire apporté par cette extension. Vu le prix des constructions, je doute que les bâtiments existants aient été conçus avec une réserve de solidité de 30%, sauf à aimer dépenser pour rien. Donc augmenter la hauteur nécessitera de renforcer les murs porteurs et les fondations. Cela peut-être rentable dans des villes où le coût du mètre carré construtible est très élevé: Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille... mais en région, dans nos petites villes, tel n'est pas le cas.
  3. Augmenter de 30% le surface au sol d'un bâtiment est tout à fait possible, mais est régi par des règles d'urbanisme de mitoyenneté. Je ne pense pas qu'un voisin appréciera de voir un bâtiment se rapprocher du sien en nuisant à son intimité par augmentation du vis à vis. Les conflits de voisinage seront foison et ce seront les maires qui devront les gérer.
  4. Augmenter de 30% les surfaces construites en centre-ville va se traduire par autant de logements en plus. Ces habitations seront occupées par des familles qui comme toutes les autres auront une ou des voitures. Où vont-elles être garées? Chacun se rend bien compte qu'il y a moins de places de stationnement que de voitures qui cherchent à stationner. Il faudra donc construire des parkings. Encore une dépense pour les collectivités, qui par ailleurs sont montrées du doigt comme trop dépensière.

 

Nous verrons bien dans l'avenir si cette mesure était une bonne idée en observant le nombre de communes qui ont modifié leurs règles d'urbanisme après le vote de la loi. Je prédis qu'elle ne sera pas suivi d'effet.

 

Encore une mesure décidée à la va vite sans concertation ni estimation des conséquences et de la faisabilité.

 

IDÉE À ÉMETTRE SOUS FORME D'UN CONSEIL ET D'UNE LOI.

 

Et voilà.

 

À bientôt.

 

RESTALHEUREDETE.

 

Voir aussi:  Le maïs MON810 reste interdit en FranceAFGHANISTAN: COURAGE POLITIQUE!?CANDIDATS TROP PRESSÉSÉLU CANDIDAT

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article